CAP VERT

Présentation générale

Nom officiel : République de Cabo Verde

Chef de l’Etat : M. Jorge Carlos Fonseca

Chef du Gouvernement : M. José Maria Pereira Neves

Superficie : 4 033 km2

Capitale : Praia

Villes principales : Praia, Mindelo, Assomada

Langue (s) officielle (s) : Portugais

Langue (s) courante (s) : Portugais, Créole

Monnaie : Escudo capverdien (1 euro = 110,265 escudos)

Fête nationale : 5 juillet (proclamation de l’indépendance, en 1975)

Population : 513 000 habitants en 2010 (Banque Mondiale)

Densité : 124 habitant/km²

Religion (s) : Catholicisme (93%), protestantisme (7%)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB en 2010 : (The World Factbook, estimations)

  • agriculture : 9,2 %
  • industrie : 16,5 %
  • services : 74,3 %

Situation économique

Le secteur des services représente les trois quarts de l’économie capverdienne. Les entrées de devises proviennent essentiellement du secteur du tourisme, qui représente environ 10% du PIB. En revanche, l’agriculture et la pêche n’offrent que des perspectives limitées. Le Cabo Verde continue d’importer environ 80% de ses besoins alimentaires. L’industrie est à la recherche de débouchés extérieurs pour des activités de sous-traitance, dans les activités manufacturières (chaussures, habillement, électrotechnique).

La balance commerciale est structurellement déficitaire, de 219 millions de dollars soit 11% du PIB (source EIU), mais a cessé de se détériorer depuis 2009. Les importations du Cabo Verde s’élèvent à 608 M€ en 2010 et se composent essentiellement de produits alimentaires, de produits transformés et notamment des biens d’équipement et produits énergétiques. Le principal partenaire est le Portugal. Les exportations capverdienne ont atteint 75M€ et concernent des produits halieutiques principalement, à destination du Portugal et de l’Espagne. La réexportation de produits pétroliers est également importante. Les principaux clients du pays en 2010 sontl’Espagne (54%), le Portugal (22%), le Maroc (7%) et l’Allemagne (3%) (The Economist Intelligence Unit). Ses principaux fournisseurs(2010)sont le Portugal (44%), les Pays-Bas (15%), l’Espagne (6%) et le Brésil (5%). (source : The Economist Intelligence Unit)

Avec une croissance annuelle moyenne de plus de 5% sur la dernière décennie, une inflation maîtrisée, une bonne gouvernance, un PIB par habitant trois fois plus élevé que la moyenne d’Afrique subsaharienne, le troisième indice de développement humain en Afrique après les Seychelles et Maurice, l’archipel fait figure de modèle en Afrique.Trente six ans après son indépendance, le Cabo Verde a su, en dépit des handicaps de sa géographie - un archipel dispersé au sein de l’Atlantique, aux sols volcaniques et au relief escarpé, dépourvu de richesses naturelles et d’eau douce - devenir l’un des pays les plus dynamiques de la région. Les autorités capverdiennes souhaitent faire du Cabo Verde un centre international de commerce et de prestations de service, une place financière régionale et un centre de loisirs.

Le Cabo Verde dispose donc d’une image positive auprès des bailleurs de fonds internationaux et des investisseurs étrangers. Ces bonnes performances ont décidé l’ONU, en décembre 2004, à le retirer de la liste des pays les moins avancés (PMA) à compter de 2008. Le Conseil général de l’OMC a approuvé le 18 décembre 2007 l’adhésion du Cabo Verde. Le FMI a indiqué que le Cabo Verde faisait partie des rares Etats africains en bonne voie pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Le Cabo Verde a conclu avec le FMI en juillet 2006 un programme sans financement de type ISPE (Instrument de soutien aux politiques économiques et financières), qui a notamment pour objectif d’accompagner le pays dans sa sortie du statut de PMA. Le programme ISPE 2006-2010 étant arrivé à échéance, une 8ième revue de l’instrument a eu lieu en juillet 2010 ; le Cabo Verde y a demandé un nouveau programme de soutien pour 15 mois permettant de dépasser la période des élections de 2011. La revue du FMI publiée en novembre 2010 a approuvé l’octroi du nouvel ISPE, et a conclu en un niveau de soutenabilité de la dette inchangé depuis 2009, malgré une augmentation de la dette publique.

*Données reprises du site Internet : http://www.diplomatie.gouv.fr/


Régions membres de l'AIRF

  • Région RIBEIRA GRANDE DE SANTIAGO
  • Région SANTA CATARINA DO FOGO