Les projets

Projet EICPAD (en cours)

Le projet EICPAD « Expertise, Ingénierie et Compétences au service des Politiques d’Aménagement durable des territoires francophones »

 

Cette proposition de projet instruite auprès de la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main 2021 » destiné aux associations de collectivités territoriales, a pour visée de renforcer en capacités une trentaine de collectivités territoriales du Bénin, de Côte d’Ivoire, de Madagascar et du Maroc, ainsi que 3 associations nationales de collectivités territoriales en matière d’expertise et d’ingénierie territoriale, afin que les collectivités territoriales puissent mieux identifier et concevoir les solutions proposées dans leurs projets d’aménagement inscrits aux plans pluri-annuels d’investissement, en prenant en compte les enjeux de la transition écologique de leurs territoires respectifs.

Ce projet de coopération inter-régionale entend également renforcer d’une part les liens entre les Régions françaises impliquées dans le projet avec les collectivités territoriales francophones bénéficiaires et d’autre part participer à la concrétisation de réflexions et de projets tripartites associant deux collectivités de l’espace francophone et une collectivité française, ceci dans l’objectif de contribuer ainsi au développement des synergies et coopérations décentralisées pluri-acteurs.

Activités du projet

Les 5 actions proposées dans le cadre du projet s’étaleront sur une période de 12 mois et s’adresseront prioritairement au personnel technique des collectivités, avec pour chaque collectivité, un agent territorial « point focal du projet », qui aura pour mission d’informer, diffuser et transmettre au sein des services de sa collectivité, les connaissances acquises et expériences transférées tout au long du projet. Chaque collectivité mobilisera également un élu référent, qui se tiendra informé des avancées du projet et qui se mobilisera sur l’étape de lancement du projet (action 0), et lors de la dernière action de clôture (action 4) :

Action 1 : Chaque collectivité participante procèdera à un autodiagnostic de son organisation et de ses performances en matière d’ingénierie territoriale, sur la base d’un questionnaire proposé par l’AIRF, le CEREMA, le CIEDEL et les 3 associations nationales de collectivités mobilisées ;

Voir ici l'actualité de l'action 1

Action 2 : Un regroupement technique en Côte d’Ivoire rassemblera durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité. Il abordera les thèmes transversaux de la maitrise d’ouvrage des projets d’aménagement ;

Action 3 : Un regroupement technique au Maroc rassemblera à nouveau durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité. Il poursuivra le renforcement de capacités autour des thèmes transversaux de la maîtrise d’ouvrage ;

Action 4 : Un regroupement technico-politique en France rassemblera, une dernière fois et durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité, sous la forme d’un séminaire de clôture « Bilan et perspectives » du projet qui mobilisera également les élus référents du projet ;

Action 5 : Activités à distance, sous format digital :

A5.1. Animation d’un groupe Whatsapp (tout au long du projet) & Visioconférences collectives sur le déroulement du projet

A5.2. Six webinaires participatifs thématiques d’une durée de 2h30 (proposés tout au long du projet : 2 entre l’action 2 et 3,  2 entre l’action 3 et 4,  2 entre l’action 4 et 6) et aborderont à chaque fois un secteur précis des politiques d’aménagement :
1) Erosion côtière et gestion du littoral,
2) Infrastructures de transport, ouvrage d’art et sécurité routière,
3) La compétence « Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » (GEMAPI),
4) L’aménagement portuaire et la gestion des ports,
5) L’efficacité énergétique et la performance environnementale des aménagements, infrastructures, et bâtiments,
6) Biodiversité et changements climatiques

  • Chacun des thèmes abordera les aspects d’adaptation au changement climatique.

Télécharger la fiche technique du projet EICPAD

Partenaires techniques du projet

Pour mettre en œuvre ce projet, l’AIRF a noué des partenariats avec plusieurs organisations spécialisées :

  • Le Centre d’Etudes et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA) : www.cerema.fr
  • Le Centre international d’Etudes pour le Développement local (CIEDEL) : www.ciedel.org

Partenaires financiers du projet

L'AIRF et ses partenaires techniques sont dans la phase de mise en oeuvre du projet cofinancé (50%) par la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main 2021 ».

Projet Sahel / ERD (2020-2021)

Le projet « Pour des collectivités territoriales sahéliennes francophones actrices des politiques publiques d’électrification rurale décentralisée (ERD) »

La ferme solaire de Guelakh dans le département de Saint-Louis (Sénégal)

Adduction d'eau potable au Mali

Ce projet, cofinancé par la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main » destiné aux associations de collectivités territoriales, a mobilisé une quarantaine de collectivités territoriales francophones et 4 associations de collectivités territoriales, issues de 6 pays : 4 pays membres du G5 Sahel, le Sénégal et la France.

Les collectivités territoriales engagées dans ce projet de sensibilisation / information / renforcement de capacités en matière d'accès à l'électricité, et plus particulièrement en électrification rurale décentralisée, sont respectivement : 

  • Au BURKINA FASO : les Conseils régionaux Boucle du Mouhoun, Centre Ouest, Centre Nord, Centre, Hauts-Bassins, Plateau central ;
  • Au MALI : les Conseils régionaux Kayes, Koulikoro, Mopti, Sikasso, Ségou, Tombouctou ;
  • En MAURITANIE : les Conseils régionaux Brakna, Guidimakha, Hodh El Gharbi, Nouakchott, Tagant, Trarza ;
  • Au NIGER : les Conseils régionaux Maradi, Tahoua, Zinder, Diffa, Dosso, Agadez et la Commune de Niamey ;
  • Au SENEGAL : les Conseils départementaux Bambey, Bignona, Fatick, Gossas, Kaffrine, Kaolack, Koumpentoum, Nioro du Rip, Oussouye, Podor, Saint-Louis et l’Entente inter-départementale de Ziguinchor ;
  • En France : Les Conseil régionaux Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Sud-PACA, les Conseils départementaux de l'Allier et d'Ille et Vilaine et la Communauté de communes Faucigny-Glières.

 

Les associations nationales des Collectivités territoriales bénéficiaires du projet et partenaires logistique, sont respectivement :
> Au MALI : l’Association des Régions du Mali (ARM) ;
> Au BURKINA-FASO : l’association des Régions du Burkina-Faso (ARBF) ;
> Au NIGER : l’association des Régions du Niger (ARENI) ;
> Au SENEGAL : l’Association des Départements du Sénégal (ADS).

Finalité et activités du projet

Le projet visait le renforcement de capacités des élus et techniciens des collectivités sahéliennes membres de l’AIRF, en matière d’ERD, afin que celles-ci deviennent des interlocutrices reconnues des acteurs de cette politique publique, à savoir les Etats (Ministère de l’Energie, Ministère de l’Administration territoriale…), les maitres d’ouvrage délégués des politiques nationales d’électrification, les opérateurs économiques, les populations, et les partenaires techniques et financiers internationaux mobilisés en la matière.

6 actions sur 12 mois ont été réalisées de novembre 2020 à novembre 2021 :

Action 1 : Etat des lieux, à distance, des pratiques d’électrification rurale décentralisée dans les 5 pays cibles, soit le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal, mobilisant la compilation et l’analyse de documentation, des échanges téléphoniques et par courriels, la recherche d’informations actualisées ;

Action 2 : Réalisation d’un séminaire de sensibilisation des élus aux enjeux de l’électrification rurale décentralisée et aux compétences et politiques publiques que les collectivités territoriales pourraient déployer en ce domaine à moyen terme. En raison de la pandémie de la Covid-19, ce séminaire en présentiel a été transformé en 5 visioconférences "Pays" qui se déroulèrent de décembre 2020 à mai 2021 ;

Action 3 : Réalisation de 3 regroupements techniques internationaux ; un à Ouagadougou au Burkina-Faso ; un à Saint-Louis du Sénégal, pour les collectivités des deux pays de la façade atlantique, le Sénégal et la Mauritanie et un à Bamako au Mali pour les régions maliennes et nigériennes. Ces regroupements furent des temps de partage d'expériences entre pairs et de formation sur l’électrification rurale décentralisée d’une durée de 5 jours, pour chaque cadre technique « Point focal ERD » des collectivités ;

Action 4 : Réalisation d’un séminaire de 2 jours pour clôturer le projet (bilan) et tracer les perspectives. Ce séminaire de 2 jours au total s'est tenu à Niamey (Niger) en novembre 2021 ;

Action 5 : Organisation d'une journée de mise en relation des acteurs économiques (entreprises, bureaux d'études, ONGs) des régions françaises engagées dans le projet avec les élus et techniciens des collectivités sahéliennes, afin que les uns et les autres échangent sur leurs besoins respectifs et leurs offres de service en matière d'accès à l'électricité et plus largement de politique territoriale Climat - Energies ;

Retrouvez ici le bilan de cette rencontre économique

Action 6 : Animation à distance (internet, téléphone, groupe Whatsapp) par l’AIRF et les techniciens des Régions françaises d'un groupe rassemblant les techniciens « point focal ERD » des collectivités territoriales engagées sur le projet. Cette plateforme d'échange permet de pérenniser la mise en réseau et les échanges inter-collectivités.

Organisations partenaires

Pour mettre en œuvre ce projet, l’AIRF a noué des partenariats avec plusieurs organisations spécialisées :

Projet Région Centre Nord au Burkina-Faso (en attente de financements)

La situation humanitaire au Burkina Faso a connu une détérioration sans précédent au cours de l’année 2019, qui se poursuit en 2020. Chaque jour, la vie de centaines de milliers de civils est perturbée par l’insécurité et la violence. Entre fin janvier 2019 et février 2020, le nombre de personnes déplacées internes est passée de 87 000 à 715 000 personnes. La région du Centre-Nord accueille le plus grand nombre de personnes déplacées avec plus de 350 000 d’entre elles.

Corvée de bois au Sahel

Initiative et portage du projet

Le Conseil régional Centre Nord (Burkina-Faso), en sa qualité de collectivité territoriale compétente dans les domaines de l’aménagement du territoire, du développement économique et de la préservation de l’environnement, souhaite contribuer à la réponse humanitaire auprès des populations déplacées et accueillantes. Il entend jouer son rôle de coordinateur des acteurs de l’aide humanitaire au côté de l‘Etat burkinabé, tout en oeuvrant directement à la résolution de la crise en apportant une réponse aux populations parmi les plus vulnérables des déplacés et familles accueillantes concernant deux besoins non pris en charge :

  1. Le renforcement du sentiment de sécurité par l’éclairage public de 4 communes (dont le Chef-lieu de Région Kaya) parmi les 17 communes accueillant des déplacés
  2. L’amélioration des conditions de vie pour 4000 familles très vulnérables, par l’accès aux énergies (éclairage public, éclairage privé, limitation de l’utilisation du bois de cuisson par l’usage de foyers améliorés ou l’approvisionnement en gaz domestique).

L'Association internationale des Régions francophones (AIRF), qui a pour objet d'encourager la Francophonie de proximité, en participant concrètement au développement d’un espace francophone respectueux des diversités, solidaire et plus prospère, entend promouvoir la paix, la démocratie et la bonne gouvernance au sein des pouvoirs locaux, tout en encourageant le développement économique durable des territoires francophones et de leurs populations en créant des réseaux de solidarité et en participant à la conception et la mise en œuvre de programmes de coopération une ou plusieurs compétences régionales. Comptant parmi cinq axes prioritaires, la solidarité avec les Régions des pays membres du G5 Sahel, l’AIRF soutient le Conseil régional Centre Nord en portant ce projet tout au long de ses différentes phases (identification, montage, recherche de financement, pilotage de l’exécution, suivi). Ainsi, elle concrétise sa priorité stratégique SAHEL et son axe stratégique « Affirmation du rôle des Régions », profitant ce projet pour renforcer les capacités du Conseil régional Centre Nord en matière de coordination des acteurs locaux et internationaux sur son territoire et en matière de mise en œuvre et de gestion de projet.

Logique d’intervention du projet

Le projet entend répondre aux besoins énergétiques de base de 4000 familles déplacées internes et accueillantes dans la région du Centre-Nord et renforcer l’éclairage public dans 4 communes accueillant les populations déplacées, afin de garantir la sécurité et améliorer les conditions de vie de ces familles. Sept objectifs spécifiques ont été identifiés :

1. Améliorer la sécurité et la qualité de service des structures publiques fournissant des services de base et d’urgence par l’éclairage des bâtiments et leurs abords, dans les 4 communes ciblées ;

2. Permettre à 4000 familles les plus vulnérables parmi les ménages déplacés et les résidents, d’accéder aux besoins énergétiques de base (éclairage, recharge de téléphone portable, usage des appareils radiophoniques…), familles réparties dans les 4 communes ciblées ;

3. Fournir des services énergétiques de limitation de l’utilisation du bois de cuisson à 3500 familles qui seront équipées en foyers améliorés, et de substitution au bois de cuisson pour 500 familles de la commune de Kaya, afin de limiter les risques sécuritaires et environnementaux que constituent la recherche et la coupe du bois de cuisson ;

4. Fournir de l’éclairage et un accès à l’énergie solaire à 20 opérateurs économiques déplacés, répartis dans les 4 communes ciblées ;

5. Former et équiper 8 artisans locaux, d’une part dans la fabrication de réchauds à gaz et de foyers améliorés (4 artisans, un par commune), d’autre part dans la maintenance des installations d’éclairage solaire (4 artisans, un par commune) ;

6. Former et équiper 12 volontaires dans la lutte contre les incendies domestiques, sélectionnés parmi des résidents des 4 communes ciblées ;

7. Renforcer les capacités du Conseil régional Centre Nord dans la mise en œuvre d’aides et de services aux populations et dans la coordination des acteurs de l’aide sur son territoire, dans un cadre de « formation – action » par l’exécution du projet.

Partenaires techniques

Pour la mise en œuvre de ce projet qui associera aide humanitaire et action de renforcement de la régionalisation au Burkina-Faso, la région centre Nord et l’AIRF s’appuieront sur deux opérateurs :

L’ONG internationale ACTED, dont le siège est en région Ile de France (France), est un acteur humanitaire reconnu pour son expérience dans la prise en charge de crise humanitaire liées aux déplacements de populations. ACTED est déjà présente au Burkina-Faso, en région Centre Nord, et gère depuis janvier 2020 plusieurs sites de déplacés internes en partenariat avec le HCR. L’ONG sera associée au projet pour ses capacités de mise en œuvre d’actions d’urgence en situation de crise humanitaire. Elle jouera un rôle d’appui-conseil permanent auprès de l’équipe technique du Conseil régional Centre Nord en apportant son expertise technique, notamment en matière d’identification des bénéficiaires directs (ménages les plus vulnérables, opérateurs privés à soutenir pour une relance de l’activité économique) et d’activités de réduction de l’utilisation du bois de cuisson par l’usage auprès des ménages les plus vulnérables de foyers améliorés.

L’Entreprise LAGAZEL, dont le siège se situe en Auvergne-Rhône-Alpes (France), est spécialisée en éclairage public et privé solaire, et est la première entreprise qui fabrique des lampes solaires de qualité certifiée au Burkina Faso. La société LAGAZEL a été créée au Burkina Faso en 2016 en s’appuyant sur les 10 ans d’expérience de la société CB ENERGIE (30 employés, 30 000 équipements solaires fabriqués). LAGAZEL conçoit des produits solaires de qualité adaptés aux besoins des populations africaines, et fabrique localement au Burkina Faso, à Dédougou, en région Boucles du Mouhoun, une gamme de lampes et kits solaires pour l’éclairage, la recharge de téléphone, et l’alimentation de petits appareils électriques (radio, ventilateur, TV). Cela contribue à la création d’emplois et au développement économique local. L’atelier de fabrication est opérationnel depuis 2016 au Burkina Faso et a fabriqué plus de 65 000 lampes solaires. Basée à Dédougou, cette entreprise est située à 260 km de Kaya. Les entreprises LAGAZEL et CB ENERGIE sont partenaires du projet en fournissant les solutions solaires identifiées pour l’éclairage public et l’accès à l’électricité des ménages et opérateurs économiques et en formant les opérateurs économiques à l’utilisation des générateurs solaires et à la maintenance des lampadaires.

Partenaires financiers

Le Conseil régional Centre Nord et l'AIRF sont dans la phase de recherche de financements (budget global du projet 644 000 €). Une sollicitation de cofinancements est en cours auprès du Centre de Crise et de Soutien (CDCS) du Ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères (MEAE).