Les projets de coopération

Projet EICPAD (2021-2022)

Le projet EICPAD « Expertise, Ingénierie et Compétences au service des Politiques d’Aménagement durable des territoires francophones »

 

Ce projet, cofinancé par la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main 2021 » destiné aux associations de collectivités territoriales, a mobilisé 42 collectivités territoriales francophones et 3 associations de collectivités territoriales, issues de 6 pays (Bénin, Côte d’Ivoire, France, Madagascar, Maroc et Union des Comores).

Les collectivités territoriales engagées dans ce projet de renforcement d’expertise et d’ingénierie territoriale en matière d'aménagement, sont respectivement :

  • Bénin (7) : Association des communes de l’Atlantique et du Littoral (ACAL), Association pour la promotion de l’intercommunalité dans le département de l’Alibori (APIDA), Communauté des Communes du Couffo (COCOC), Communauté des Communes du Plateau (CCP), Groupement intercommunal des Collines (GIC), Groupement intercommunal du Mono (GI-Mono), Union des Communes du Zou (UCOZ) ;
  • Côte d’Ivoire (17) : Les Conseils régionaux Agneby-Tiassa, Bagoué, Bélier, Bounkani, Cavally, Gontougo, Grands Ponts, Iffou, Kabadougou, Lôh-Djiboua, Nawa, Poro, San Pedro, Tchologo, Tonkpi, District autonome d’Abidjan, District autonome de Yamoussoukro ;
  • Maroc (8) : Les Conseils régionaux Béni-Mellal-Khénifra, Casablanca-Settat, Fès-Meknès, Marrakech-Safi, Oriental, Rabat-Salé-Kénitra, Souss-Massa, Tanger-Tétouan-Al Hoceima ;
  • France (7) : Les Conseils régionaux Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Île de France, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Département Loire Atlantique ; 
  • Madagascar (2) : Les Conseils régionaux Atsinanana, Fitovinany ;
  • Union des Comores : Gouvernorat de Ngazidja.

 

Les associations nationales des collectivités territoriales bénéficiaires du projet et partenaires logistiques, sont respectivement :

  • Bénin : Association nationale des Communes du Bénin (ANCB) ;
  • Côte d'Ivoire : Assemblé des Régions et Districts de Côte d'Ivoire (ARDCI) ;
  • Maroc : Association des Régions du Maroc (ARM). 

 

Finalité et activités du projet

Les 5 actions proposées dans le cadre du projet s’étalent sur une période de 12 mois et s’adressent prioritairement au personnel technique des collectivités, avec pour chaque collectivité, un agent territorial « point focal du projet », qui a pour mission d’informer, diffuser et transmettre au sein des services de sa collectivité, les connaissances acquises et expériences transférées tout au long du projet. Chaque collectivité mobilise également un élu référent, qui se tient informé des avancées du projet et qui s'est mobilisé sur l’étape de lancement du projet (action 0), et se mobilisera lors de la dernière action de clôture (action 4) :

5 actions sur 12 mois ont été réalisées de octobre 2021 à octobre 2022 :

Action 1 : Chaque collectivité participante a procédé à un autodiagnostic de son organisation et de ses performances en matière d’ingénierie territoriale, sur la base d’un questionnaire proposé par l’AIRF, le CEREMA, le CIEDEL et les 3 associations nationales de collectivités mobilisées.

Voir ici l'actualité de l'action 1 ;

Action 2 : Un regroupement technique en Côte d’Ivoire a rassemblé durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité. Il ont abordé les thèmes transversaux de la maitrise d’ouvrage des projets d’aménagement.

Voir ici l'actualité de l'action 2 ;

Action 3 : Un regroupement technique au Maroc a rassemblé à nouveau durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité. Ils ont poursuivi le renforcement de capacités autour de l'adaptation aux changements climatiques. 

Voir ici l'actualité de l'action 3 ;

Action 4 : Un regroupement technique et politique en France a rassemblé une dernière fois et durant 5 jours l’ensemble des agents points focaux techniques du projet de chaque collectivité, sous la forme d’un séminaire de clôture « Bilan et perspectives » et a mobilisé également les élus référents du projet sur 2 jours.

Voir ici l'actualité de l'action 4

Action 5 : Activités à distance, sous format digital :

A5.1. Animation d’un groupe Whatsapp (tout au long du projet) & Visioconférences collectives sur le déroulement du projet

A5.2. Six webinaires participatifs thématiques d’une durée de 2h30 ont été proposé tout au long du projet et à chaque fois un secteur précis des politiques d’aménagement a été abordé :

  1. La performance et l'efficacité énergétique et environnementale des bâtiments publics,
  2. Infrastructures de transport, ouvrage d’art et sécurité routière,
  3. Eau et biodiversité,
  4. Gestion de l'érosion côtière,
  5. Gestion des déchets,
  6. Biodiversité.

 

Partenaires techniques du projet

Pour mettre en œuvre ce projet, l’AIRF a noué des partenariats avec plusieurs organisations spécialisées :

  • Le Centre d’Etudes et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA) : www.cerema.fr
  • Le Centre international d’Etudes pour le Développement local (CIEDEL) : www.ciedel.org

 

Partenaires financiers du projet

Ce projet a été cofinancé (50%) par la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main 2021 ».

 

Perspectives post-projet

Dans la continuité du projet « EICPAD », un appel à propositions a été lancé pour un accompagnement technique tripartite AIRF – CIEDEL - CEREMA – sur la formulation et la recherche de cofinancement de 6 à 8 projets autour des thématiques de la gestion de l'eau ou la gestion des espaces forestiers. L’objectif que s’est fixé le collectif EICPAD est d’aboutir à l’opérationnalisation de 2 projets pilotes localisés dans 2 pays distincts du projet EICPAD (par exemple Côte d’Ivoire et Maroc).

 

Projet Sahel / ERD (2020-2021)

Le projet « Pour des collectivités territoriales sahéliennes francophones actrices des politiques publiques d’électrification rurale décentralisée (ERD) »

La ferme solaire de Guelakh dans le département de Saint-Louis (Sénégal)

Adduction d'eau potable au Mali

Ce projet, cofinancé par la Délégation à l’Action extérieure des Collectivités territoriales (DAECT) du Ministère français des Affaires étrangères (MEAE) dans le cadre de l’appel à projet « Clés en main » destiné aux associations de collectivités territoriales, a mobilisé une quarantaine de collectivités territoriales francophones et 4 associations de collectivités territoriales, issues de 6 pays : 4 pays membres du G5 Sahel, le Sénégal et la France.

Les collectivités territoriales engagées dans ce projet de sensibilisation / information / renforcement de capacités en matière d'accès à l'électricité, et plus particulièrement en électrification rurale décentralisée, sont respectivement : 

  • Au BURKINA FASO : les Conseils régionaux Boucle du Mouhoun, Centre Ouest, Centre Nord, Centre, Hauts-Bassins, Plateau central ;
  • Au MALI : les Conseils régionaux Kayes, Koulikoro, Mopti, Sikasso, Ségou, Tombouctou ;
  • En MAURITANIE : les Conseils régionaux Brakna, Guidimakha, Hodh El Gharbi, Nouakchott, Tagant, Trarza ;
  • Au NIGER : les Conseils régionaux Maradi, Tahoua, Zinder, Diffa, Dosso, Agadez et la Commune de Niamey ;
  • Au SENEGAL : les Conseils départementaux Bambey, Bignona, Fatick, Gossas, Kaffrine, Kaolack, Koumpentoum, Nioro du Rip, Oussouye, Podor, Saint-Louis et l’Entente inter-départementale de Ziguinchor ;
  • En France : Les Conseil régionaux Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Sud-PACA, les Conseils départementaux de l'Allier et d'Ille et Vilaine et la Communauté de communes Faucigny-Glières.

 

Les associations nationales des Collectivités territoriales bénéficiaires du projet et partenaires logistique, sont respectivement :
> Au MALI : l’Association des Régions du Mali (ARM) ;
> Au BURKINA-FASO : l’association des Régions du Burkina-Faso (ARBF) ;
> Au NIGER : l’association des Régions du Niger (ARENI) ;
> Au SENEGAL : l’Association des Départements du Sénégal (ADS).

 

Finalité et activités du projet

Le projet visait le renforcement de capacités des élus et techniciens des collectivités sahéliennes membres de l’AIRF, en matière d’ERD, afin que celles-ci deviennent des interlocutrices reconnues des acteurs de cette politique publique, à savoir les Etats (Ministère de l’Energie, Ministère de l’Administration territoriale…), les maitres d’ouvrage délégués des politiques nationales d’électrification, les opérateurs économiques, les populations, et les partenaires techniques et financiers internationaux mobilisés en la matière.

6 actions sur 12 mois ont été réalisées de novembre 2020 à novembre 2021 :

Action 1 : Etat des lieux, à distance, des pratiques d’électrification rurale décentralisée dans les 5 pays cibles, soit le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal, mobilisant la compilation et l’analyse de documentation, des échanges téléphoniques et par courriels, la recherche d’informations actualisées ;

Action 2 : Réalisation d’un séminaire de sensibilisation des élus aux enjeux de l’électrification rurale décentralisée et aux compétences et politiques publiques que les collectivités territoriales pourraient déployer en ce domaine à moyen terme. En raison de la pandémie de la Covid-19, ce séminaire en présentiel a été transformé en 5 visioconférences "Pays" qui se déroulèrent de décembre 2020 à mai 2021 ;

Action 3 : Réalisation de 3 regroupements techniques internationaux ; un à Ouagadougou au Burkina-Faso ; un à Saint-Louis du Sénégal, pour les collectivités des deux pays de la façade atlantique, le Sénégal et la Mauritanie et un à Bamako au Mali pour les régions maliennes et nigériennes. Ces regroupements furent des temps de partage d'expériences entre pairs et de formation sur l’électrification rurale décentralisée d’une durée de 5 jours, pour chaque cadre technique « Point focal ERD » des collectivités ;

Action 4 : Réalisation d’un séminaire de 2 jours pour clôturer le projet (bilan) et tracer les perspectives. Ce séminaire de 2 jours au total s'est tenu à Niamey (Niger) en novembre 2021 ;

Action 5 : Organisation d'une journée de mise en relation des acteurs économiques (entreprises, bureaux d'études, ONGs) des régions françaises engagées dans le projet avec les élus et techniciens des collectivités sahéliennes, afin que les uns et les autres échangent sur leurs besoins respectifs et leurs offres de service en matière d'accès à l'électricité et plus largement de politique territoriale Climat - Energies ;

Retrouvez ici le bilan de cette rencontre économique

Action 6 : Animation à distance (internet, téléphone, groupe Whatsapp) par l’AIRF et les techniciens des Régions françaises d'un groupe rassemblant les techniciens « point focal ERD » des collectivités territoriales engagées sur le projet. Cette plateforme d'échange permet de pérenniser la mise en réseau et les échanges inter-collectivités.

 

Organisations partenaires

Pour mettre en œuvre ce projet, l’AIRF a noué des partenariats avec plusieurs organisations spécialisées :

 

Perspectives post-projet

Dans le prolongement du projet « Sahel /ERD », l’AIRF a entamé un partenariat opérationnel avec l’Association des Régions du Niger (ARENI) et l’Agence nationale de l’Energie solaire du Niger (ANERSOL), pour un appui à la réalisation d’études de faisabilité technique par l’ANERSOL pour les projets d’accès à l’énergie solaire portés par les Régions du Niger. Ce partenariat AIRF / ANERSOL / ARENI s’est concrétisé à la suite du séminaire de clôture du projet. Le partenariat permet de rendre accessible aux Régions nigériennes, mais aussi maliennes et burkinabés, porteuses de projets en énergie solaire, une expertise technique de qualité qui répond en proximité aux besoins d’appui technique et technologique rencontrés par les collectivités régionales.