CAMEROUN

Données générales*

  • Nom officiel : République du Cameroun / Republic of Cameroon.
  • Nature du régime : République.
  • Chef de l’Etat : Paul Biya, Président de la République (depuis le 6 février 1982, réélu en 1984, 1988, 1992, 1997, 2004 et le 9 octobre 2011).
  • Chef du gouvernement : M. Philémon Yang (depuis le 30 juin 2009).
  • Superficie : 475 442 km².
  • Capitale : Yaoundé.
  • Villes principales : Douala, Yaoundé, Bafoussam, Garoua, Maroua.
  • Langue(s) officielle(s) : français, anglais.
  • Monnaie : Franc CFA (1€ = 655,96 XAF).
  • Fête nationale : 20 mai.
  • Population : 21,7 millions d’habitants (BM 2012).
  • Densité : 44,8 hab/km2 (BM, 2012)
  • Croissance démographique : 2,54% (BM, 2012).
  • Espérance de vie : 52,1 ans (PNUD, 2012).
  • Taux d’alphabétisation en % des plus de 15 ans : 70,7% (UNESCO 2012)
  • Religion(s) : Christianisme (35-40%), Islam (15-20%), animisme (45%).

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 20 %
  • industrie : 15,7 %
  • services : 46,4%

Situation économique*

L’économie camerounaise est la plus diversifiée de la région.

Les activités agricoles et forestières (20% du PIB) s’appuient à la fois sur les cultures de rente (cacao, café, banane, palmier à huile, canne à sucre, hévéa) et vivrières (banane plantain, maïs, manioc…). La production vivrière nationale augmente sans toutefois couvrir les besoins de la population.

L’importation de denrées de base s’accompagne d’une hausse de leur prix de vente. En vue d’y remédier, les autorités ont annoncé en février 2011 la création d’une agence de régulation des prix alimentaires chargée de prendre des initiatives visant à éviter la spéculation (magasins témoins, caravanes itinérantes) et, si nécessaire, de constituer des stocks de sécurité.

Après avoir atteint 5,3% en 2008 pour retomber à 1,3% en 2010, la hausse des prix s’est accélérée en 2011 puis poursuivie en 2012 (+2,9% puis 3% selon le FMI), tirée par les produits alimentaires (+4,8 %, +6 % pour le vivrier). Elle se maintiendrait autour de 3% en 2013. La Banque mondiale, l’Union européenne et la France sont les trois principaux bailleurs de fonds qui financent les actions de l’Etat dans le domaine agricole.

Les hydrocarbures restent un élément important de l’économie (7% du PIB). Après plusieurs années de déclin, la production pétrolière est repartie à la hausse en 2012, passant de de 21,6 M de barils en 2011 à 22,4 M en 2012Le secteur des hydrocarbures contribue notablement aux recettes budgétaires (25% du budget).

Le secteur forestier, quatrième poste d’exportation après le pétrole, le cacao et les carburants, a amorcé une reprise significative en 2010, avec des exportations en hausse. L’exploitation du gaz offre des perspectives intéressantes à moyen terme (projet de liquéfaction de gaz). Les ressources minières diversifiées (cobalt, bauxite, fer…) font actuellement l’objet de projets (s’agissant en particulier du minerai de fer).

L’industrie (15,7% du PIB) couvre des secteurs variés du point de vue régional (boissons, sucrerie, huilerie, savonnerie, minoterie, aluminium, ciment, métallurgie, première transformation du bois) mais reste peu compétitive. Le secteur des services est dominé par les transports, le commerce et la téléphonie mobile.

Malgré cette diversification, l’essentiel des exportations (80%) reposent sur des produits non transformés (pétrole brut, grumes et sciages, cacao, banane, caoutchouc, café, coton).

Au cours des 20 dernières années, plusieurs grandes entreprises publiques ont été privatisées ou concédées. L’Etat camerounais semble désormais plus hésitant à engager ce type d’opérations.
Les flux d’échanges avec les pays de la zone CEMAC, dont le Cameroun constitue la tête de pont maritime, ne représentent qu’une faible part des échanges commerciaux (en moyenne 3,6% depuis l’instauration de la zone de libre échange de la CEMAC en 1999). Le Cameroun réalise à lui seul 70% des échanges agricoles intracommunautaires de la CEMAC.

Les principaux partenaires commerciaux du Cameroun sont l’UE, le Nigeria et la Chine.

Conjoncture économique

La croissance économique du Cameroun est régulière mais demeure modérée (3% par an entre 2006 et 2010). Après une croissance de 4,7 % en 2012, l’estimation pour 2013 s’établit à environ 5 %, portée par la consommation intérieure.

Le FMI estime que l’accroissement réel du PIB devrait se maintenir au-dessus de 5% par an au cours des prochaines années, grâce notamment à l’augmentation de la production pétrolière (15% de hausse prévue en 2013), à la réalisation d’investissements publics et à l’amélioration de la productivité agricole.

Compte tenu de la croissance démographique (la population camerounaise croît de plus de 400 000 habitants chaque année), le revenu par habitant n’a quasiment pas progressé depuis 5 ans.

Les projets structurants

Affichant l’objectif de mettre le Cameroun sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035, les autorités ont lancé un programme de grands projets structurants. Quinze ont été retenus : barrage de Lom Pangar, port et centrale à gaz de Kribi, plan thermique d’urgence, compagnie aérienne CAMAIRCO, centrale hydroélectrique de Mem’vele. Ces projets visent à dynamiser l’économie.

Les travaux de la centrale de Mem’vele et du détournement du pipe-line, préalable au projet de barrage de retenue de Lom Pangar, ont commencé. Le 3 août 2012, la première pierre a été posée à Lom Pangar, projet emblématique qui réunit différents bailleurs et pourrait en aval faire bénéficier le pays d’un potentiel hydroélectrique très important (jusqu’à 3 000 MW) en régulant le cours du fleuve Sanaga. La centrale à gaz de Kribi est un autre projet bien engagé.

*Données reprises du site Internet : www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/cameroun/


Région membre de l'AIRF :

  • Province NORD-OUEST

Conventions de coopération :

Institut régional de Coopération Développement (IRCOD) ALSACE

  • Province du LITTORAL
  • Province du CENTRE
  • Province du SUD-OUEST
  • Province de l'ADAMAOUA
  • Province de l'OUEST

Accès au "Guide des financements" de l'AIRF

  • recherche par pays d'intervention;
  • recherche par organisme;

Pour effectuer vos recherches, cliquez sur le lien raccourci, ci-dessous :

http://www.regions-francophones.com/financements/f...


En cliquant sur EUROPE, sur la page d'accueil, à consulter :

    présentations

    liens utiles

    coordonnées

    documents et guides téléchargeables

Sur les bailleurs de fonds internationaux ...


Le Programme indicatif national pour la période financière 2014-2020 est disponible, en téléchargements, en bas de cette page.