Le Département de Saint-Louis (Sénégal)

Le Président du Conseil départemental de Saint-Louis, M. Moustapha MBAYE, présente le territoire et la collectivité territoriale qu'il préside depuis juillet 2014 et l'avènement des Départements.

Catégorie : Focus sur un territoire francophone

Publié le

Le département de Saint-Louis occupe la zone éco-géographique du Bas delta du fleuve Sénégal , zone humide à haute potentialité de biodiversité (aires protégées ornithologiques, notamment le parc national de la Langue de Barbarie), mais fragile du fait des nombreuses contraintes qu'elle subit (changement climatique, position géographique, pressions des populations).

Son climat, de type Sahélien, est dominé par les alizés maritimes et est caractérisé par trois types de saisons : une saison des pluies chaude et humide de juillet à septembre, une saison sèche et froide d’octobre à mars, une saison sèche et chaude d’avril à juin.

Il est limité au Nord par le département Dagana, au Sud et à l’Est par la région de Louga, à l’Ouest par l’océan Atlantique avec une frange maritime longue de 70 km. Dans sa partie extrême Nord-Ouest, le département est frontalier à la République islamique de Mauritanie. La ville de Saint-Louis qui porte son nom, est le chef-lieu du département.

Comptant deux circonscriptions administratives et six collectivités territoriales (les Communes de Gandon, Mpal, Fass Ngom, Ndiébène Gandiole, Saint-Louis et le Conseil départemental), sa population est d'environ 250 000 hbts (15,8 millions d'habitants pour l'ensemble du Sénégal), avec une proportion urbaine de 48% et une proportion des moins de 25 ans représentant 60% de la population.

La langue la plus couramment parlée est le wolof, dont le groupe ethnique compte pour près de 55% de la population, qui comprend également des peulhs (40%) et des maures (5%).

Le département abrite de très nombreuses structures éducatives publiques et privées (122 écoles de la petite enfance, 206 établissements élémentaires, 25 collèges, 23 lycées, 9 établissements de formation professionnelle et 1 établissement de formation technique) et le 2nd pôle d'enseignement supérieur du Sénégal avec la présence de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), une université virtuelle (espace numérique ouvert) et une université privée (Université Kocc Barma).

Les principales activités économiques dans le département sont constituées des secteurs suivants :

  • la pêche maritime, qui occupe une place centrale dans l’économie locale et le 2ème rang au niveau national en matière de pêche artisanale, et qui emploie de nombreuses personnes via ses activités connexes de transformation des produits, et le mareyage ;
  • l’agriculture avec un potentiel de terres irrigables estimée en 2015 à 12 060 ha, et dont 72% de ces terres ne sont pas encore non aménagées ;
  • le commerce pourvoyeur d’emplois dans l’économie en milieu urbain puisqu'il mobilise ¼ de la population active ;
  • le tourisme avec une capacité d’accueil de 21 hôtels, 16 auberges et 5 campements, soient 923 chambres et 1 331 lits en 2015 ;
  • la culture avec notamment le Festival international de Jazz de Sait-Louis, les Régates de Saint-Louis et le Fanal de Saint-Louis (festivités populaires de fin d'année dont les origines remontent au 18ème siècle).

     

Le département de Saint-Louis recèle de nombreux atouts pour promouvoir son attractivité auprès des étudiants, des jeunes créateurs et créatrices d'entreprises et des investisseurs, au nombre desquels :

  1. sa position géographique, avec son ouverture sur l’océan Atlantique, qui est fait le département sénégalais le plus proche de l’Europe et des Amériques, et avec l’embouchure du fleuve Sénégal qui traverse quatre pays de la zone soudano-sahélienne ;
  2. son patrimoine et immatériel, historique et architectural et les politiques publiques de conservation et de valorisation qui s'y déploient ;
  3. son pôle universitaire qui forme chaque année de nombreux cadres de haut-niveau.

Au Sénégal, 45 Conseils départementaux ont succédé en 2014 aux 14 Conseils régionaux, dans le cadre de l'acte 2 de la Décentralisation qui supprima les Régions et les remplaça par des collectivités territoriales de niveau départemental. Depuis le scrutin du 29 juin 2014, le Président d'un Département est d’abord élu au suffrage universel direct en tant que « simple conseiller départemental", et ensuite ses pairs conseillers l’élisent comme Président, une fois le Conseil installé par le Représentant de l’Etat.

Les Départements sont chargés de mettre en oeuvre leurs politiques publiques de proximité dans 9 domaines de compétences transférées : aménagement du territoire, planification, éducation, santé, culture, environnement, domaines, urbanisme et habitat, jeunesse et sport

Au sein du Département de Saint-Louis, l'administration est pilotée par un Secrétaire général et compte 18 agents avec un Service rattaché (le Centre de Ressources pour l’Emploi des Jeunes), une Agence d’appui à la maitrise d’ouvrage (Agence régionale de Développement) et des Services techniques (régionaux et départementaux) mobilisables pour accompagner le Conseil départemental.

Le Conseil départemental de Saint-Louis met en oeuvre 3 projets prioritaires actuellement :

  1. Le projet de restauration de la mangrove ;
  2. Le projet de mise en place d’une zone d’activités économiques ;
  3. Le programme de résorption des abris provisoires dans les lycées et collèges.

Le Président du Conseil départemental, Monsieur Moustapha MBAYE, nous confie l'ambition qu'il souhaite donner au territoire dont il dirige la collectivité :

« Au regard des mutations de l’environnement et des orientations nationales, il s’avère impératif d’opérer les ruptures qui devront permettre d’inscrire le département dans une nouvelle trajectoire de développement intégré et durable. Il s’agit de faire du Département « une plateforme de services pour l’émergence économique et sociale du pôle nord du Sénégal" à l’horizon 2035 ».

Au sein de l'AIRF, le Conseil départemental de Saint-Louis est membre depuis sa création, l'ancienne Région de Saint-Louis ayant compté par mi les collectivités membres actives de l'association jusqu'en 2013.

Aujourd'hui, le Département participe au projet mise en oeuvre par l'association "Pour des collectivités territoriales sahéliennes francophones actrices des politiques publiques d'électrification rurale décentralisée", dont elle accueillera dans ses locaux le regroupement technique Sénégal / Mauritanie en juin 2021.

Elle participe régulièrement aux travaux de la Commission "Francophonie économique" (Rencontre économique francophone sur l'accès à l'énergie du 8 avril 2021).